25/11/2003

Interlude - L'antéchrist (par Georges Brassens)

Je ne suis pas du tout l'antéchrist de service,
J'ai même pour Jésus et pour son sacrifice
Un brin d'admiration, soit dit sans ironie.
Car ce n'est sûrement pas une sinécure,
Non, que de se laisser cracher à la figure
Par la canaille et la racaille réunies.
 
Bien sûr, il est normal que la foule révère
Ce héros qui jadis partit pour aller faire
L'alpiniste avant l'heure en haut du Golgotha,
En portant sur l'épaule une croix accablante,
En méprisant l'insulte et le remonte-pente,
Et sans aucun bravo qui le réconfortat !
 
Bien sûr, autour du front, la couronne d'épines,
L'éponge trempée dans Dieu sait quelle bibine,
Et les clous enfoncés dans les pieds et les mains,
C'est très inconfortable et ça vous tarabuste,
Même si l'on est brave et si l'on est robuste,
Et si le paradis est au bout du chemin.
 
Bien sûr, mais il devait défendre son prestige,
Car il était le fils du ciel, l'enfant prodige,
Il était le Messie et ne l'ignorait pas.
Entre son père et lui, c'était l'accord tacite :
Tu montes sur la croix et je te ressuscite !
On meurt de confiance avec un tel papa.
 
Il a donné sa vie sans doute mais son zèle
Avait une portée quasi universelle
Qui rendait le supplice un peu moins douloureux.
Il savait que, dans chaque église, il serait tête
D'affiche et qu'il aurait son portrait en vedette,
Entouré des élus, des saints, des bienheureux.
 
En se sacrifiant, il sauvait tous les hommes.
Du moins le croyait-il ! Au point où nous en sommes,
On peut considérer qu'il s'est fichu dedans.
Le jeu, si j'ose dire, en valait la chandelle.
Bon nombre de chrétiens et même d'infidèles,
Pour un but aussi noble, en Feraient tout autant.
 
Cela dit je ne suis pas l'antéchrist de service.

17:36 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/11/2003

9) Annonce de la récolte prochaine et festin

Le corps sans vie de Jesus fut enveloppé dans un linceul et transporté dans un tombeau taillé à même le roc. Trois femmes vinrent de Galilée cracher sur le cadavre de celui qu'elles pensaient être leur démon. Le Saint-Persécuteur en question n'apprécia point les blasphèmes que proféraient ces femmes, aussi il se manifesta. Sa voix résonna dans le tombeau : "J'ai semé les graines de vos vies misérables, il est normal que je ma faux récolte vos têtes !". Le tombeau fut refermé, le Démiurge venait d'exécuter la multiplication des morts. Cette nuit-là, un clochard de Jerusalem eut la regrettable idée de demander l'hospitalité en faisant du porte-à-porte. La troisième porte s'ouvrit pour laisser apparaître la gueule ahurie d'un des apôtres. On dit à l'homme de prendre ses aises "car ils étaient ici chez lui". Le pauvre hère ne comprit pas. Il demanda si l'on voulait bien lui donner de quoi se rassasier et les Onze tarés se pressèrent de lui offrir du poisson grillé, ainsi que du pain et du vin. L'un d'entre eux l'implora même pour avoir la permission de lui laver les pieds. Le clochard commença à se demander où il avait bien pu tomber, mais c'était déjà trop tard. Celui qui mange ma chair et boit mon sang aura la vie éternelle, avait déclaré Jesus lors d'un de ses délires. Les Onze testèrent.

20:04 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2003

8) Crucifixion

Jesus révéla alors quel était son dessein, il voulait devenir le berger rassemblant toutes les brebis égarées, pour les mener à l'abattoir mais il omit de signaler ce détail. Parler en parabole pour que le bas peuple ne puisse comprendre, tel était le credo. Le fils du Saigneur comptait faire payer à l'humanité sa joie de vivre, soulever les peuples contre ses dirigeants et les dirigeants contre leur peuple, presser l'humanité telle une orange et en savourer le jus. L'un des douze, Judas Iscariote, se fit pardonner en offrant Jesus aux pharisiens. Devinant cela, Son Altesse Céleste alla marauder au mont des Oliviers pour profiter une dernière fois de ses sens humains. Comme au matin les gardes vinrent le chercher, le Dieu Fou quitta le corps de son enfant et les anges déféquèrent l'âme innocente du vrai Jesus, l'humain. Celle-ci revint dans le corps qui était sien et souffrit à la place de l'Ignoble Divinité. Ayant crucifié un des leurs sans le savoir, les hommes imaginèrent qu'ils n'auraient plus de problèmes. De leur côté, les onze autres prodigieux fêlés furent atteints par le Con-Esprit et, la cervelle aussi cramée que s'ils s'étaient noyés dans du LSD, ils décidèrent d'écrire le Nouveau Testament.

15:06 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/11/2003

7) Endoctrination

Jesus, devenu réelle incarnation du Dieu Psychopathe, alla au devant des foules exécuter quelques tours de passe-passe minables avec l'aide de complices tout aussi minables. Depuis des millénaires on n'a rien trouvé de plus efficaces pour manipuler les masses ignorantes. Il forma alors un groupuscule extrémiste avec douze des esprits les plus influençables qu'il put trouver, dès lors il alla prêcher la Mauvaise Parole avec ses Apôtres fanatiques, une parole de crainte, une doctrine de pleurnichards. Aussi pour être populaire, il procéda à la multiplication des poissons. Ceux-ci mangèrent tout le plancton dont recelait leur mer et, un fois qu'ils se retrouvèrent sans la moindre particule organique à se mettre sous la dent, la plus part moururent de faim et ces cadavres pourrissant le long des côtes entraînèrent une épidémie de peste. Certains, cependant, s'adaptèrent pour survivre et se mirent à apprécier l'homme comme aucun d'entre eux ne l'avaient jamais fait. On a la chair tendre et savoureuse, parait-il...

10:13 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/10/2003

6) Son enfance

Durant sa jeunesse, Jesus tenta de vivre normalement comme tous les enfants de son âge, mais d'une façon ou d'une autre il sentait bien qu'une chose horrible vivait en lui et sapait toute sa volonté. Il aurait juste voulu être heureux mais l'essence divine se mêlait à son sang humain et, chaque fois qu'il relâchait son attention, le Saint Esprit venait le persécuter au plus profond de son âme. Sans espoir de vaincre un jour cette malédiction, il continua de vivre jusqu'au jour inéluctable où le Dieu Fou eut raison de lui. Un esprit d'enfant n'aurait jamais su lutter éternellement contre cette force immortelle et, par dessus tout, absurde. L'âme de Jesus, l'enfant et l'humain, fut arrachée à son corps et dévorée par quelques anges mal intentionnés. La Déité Cinglée acquit enfin une carcasse où loger sa substance.

18:55 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/10/2003

5) Naissance du Monstre

Vous pensez bien, le Dieu Sadique était à la fois aux anges et au septième ciel, il jouissait le salopard. Il était si content qu'il décida de fêter cela en baisant la première fille venue. Mais en fait, il avait fait les humains tellement à son image, moches en somme, qu'il du attendre sept jours et sept nuits, le temps de faire un nouveau monde, avant qu'une femme assez belle apparaisse à lui. Elle se nommait Marie et elle se fit violer par notre cher Pervers Tout-Puissant. Ainsi fut conçu Jesus premier, et on l'espère, dernier du nom. Loin de tout cela, dans une contrée étrangère, un ange apparut à trois pauvres bergers ahuris et leur ordonna de faire chacun un présent au fils du Saigneur. Il leur désigna l'étoile qu'ils devraient suivre pour arriver à destination et l'ange les salua en les appelant "rois-mages" avant de disparaître comme il était venu dans une bouffée de stupidité, sans laisser l'opportunité aux bergers de faire remarquer qu'il y avait erreur sur la personne. Alors, le Démiurge Débile menaçant de les transformer en icônes religieuses, ils suivirent l'étoile filante qui finit par s'écraser sur une ville en provoquant morts et destruction, un détail. Bref, nos trois ni rois ni mages durent chercher refuge pour échapper au déluge de feu qui s'abattait autours d'eux. Ils échouèrent dans une étable assez délabrée à leur goût et décidèrent d'y passer la nuit. Malheureusement, Marie et un certain Joseph, menuisier au chômage, y squattaient... Les trois pauvres crétins s'enfuirent en criant : " Des fous, ce sont des fous ! Ils ont mis leur môme dans la mangeoire des cochons ! ". Ils furent foudroyés et métamorphosés en figurines de plâtre, d'où la tradition. Jesus était né et les cochons ne daignèrent pas manger une viande aussi hurlante et remuante.

19:30 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

24/10/2003

4) Bêtise induite

Le perfide serpent alla siffler tout cela aux oreilles divines. Sa Colère se déversa alors sur le monde, faisant gronder des vents infernaux et fouettant la Terre d'une pluie souillée. Le Dieu Fou fut obligé de réfléchir, ce qui l'ennuyait au plus haut point, pour trouver comment se venger de la traîtrise humaine. L'abondance naturelle de la terre prit fin et l'homme du dès lors travailler pour se nourrir (la femme aussi). Cela n'empêcha cependant point l'espèce humaine de prospérer. Très vite, l'humanité comprit que pour vivre en paix, il lui fallait se réunir et construire une demeure unique. Notre Déité Amicale-et-Avide-de-Sang s'en offusqua : la simple perspective que ses créatures puissent "vivre" en "paix" lui retournait l'estomac, et ce n'est pas agréable comme sensation, comprenons le. Alors il pulvérisa la tour de Babel et interdit aux humains de se comprendre. A partir de ce jour, certains parlèrent l'Hébreu, d'autres le Grec et les moins chanceux ne parlèrent pas du tout, trouvant plus amusant de se taper sur la gueule à coups de gourdin. L'âme du conquérant venait d'apparaître ! Et comme l'homme était, et est encore, assez intelligent pour améliorer ses armes et assez con pour s'en servir, les gourdins s'ornèrent vite de pierres plus acérées que précieuses. Certains intellectuels de l'époque allèrent même jusqu'à prédire que le futur nous apporterait des gourdins assez gros pour détruire la planète une bonne fois pour toute.

19:51 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (70) |  Facebook |

22/10/2003

3) La création de l'homme (et de la femme)

Le Dieu Débile passa quelques instants, environ 140 millions d'années, à s'émerveiller de la parfaite brutalité de sauriens se dévorant les uns les autres. Se prenant d'ennui diront les uns et se les cassant vachement diront les autres, Il explosa les gueules joliment garnies des dinosaures avec une suite de hasards prémédités. Quelques manipulations aussi génétiques qu'aléatoires plus tard, voici la naissance d'Adam. Le Tout Puissant Maniaque arracha une de ses cotes et en fit la femme, Eve. Dans son esprit de primate, Adam vit dans la femme un danger. On lui avait arraché une cote quant même... Et Dieu ne fit rien pour arranger les choses, il dit à l'homme : " Tu es le plus fort, la femme ne peut t'être comparée. " et murmura à l'âme de la femme : " Tu es la plus belle, l'homme ne peut assez te respecter. ". Six ans, six mois et six jours passèrent ainsi, tantôt le Soleil tantôt la Lune voyant les deux uniques humains s'entredéchirer. Mais tout beau rêve prend une fin, même ceux de nature divine. Un jour, Eve découvrit un pommier. Ses fruits la tentaient, ils semblaient bien meilleurs que l'herbe dont elle s'était satisfaite jusqu'à présent. La femme prit la pomme, son odeur enivrante réveillait en elle la faim. L'homme arriva à elle l'air furieux et frappa brutalement... le serpent qui tentait d'atteindre Eve. Elle offrit la pomme à Adam, il la remercia d'un sourire. A partir de ce jour, l'homme aima la femme et la femme aima l'homme. Ils venaient de comprendre que Dieu voulait leur mal et qu'il en tirait jouissance.

22:13 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/10/2003

2) Genèse

Le premier jour, le Dieu Fou créa la Terre, une vulgaire boule de roche identique à toutes les boules de roches à ceci près qu'elle étais destinée à avoir une importance funeste dans les plans de la Déité. Elle deviendra en effet la scène du théâtre cosmique, l'arène où des milliards de marionnettes s'abandonneront à Sa volonté multiple. Le deuxième jour, il alluma des néons gargantuesques qui se donnaient le luxe d'être céleste. Le troisième jour, il créa la Vie... Un être unicellulaire merdique inconscient de sa merdicité tant il se voulait aveugle comme la Divinité Tarée. Le quatrième jour, il trouva que les guirlandes d'étoiles semblaient avoir un air triste, alors il donna naissance aux couleurs. Prenant un peu de recul, le Démiurge Schizophrène fut étonné de voir que sa Création ressemblait plus à un sapin de Noël qu'à autre chose, bien qu'il ignorait encore totalement ce qu'un sapin pouvait bien être. Le cinquième jour, laissant sa bonté de coeur s'exprimer, il inventa la mort et la souffrance telles qu'il les avait rêvées. Le sixième jour, la Conne Déité modifia l'ADN de notre brave et débile protozoaire afin d'en faire les dinosaures. Le septième jour, enfin, il s'en branla et ce fut sans doute sa plus grande réussite.

17:59 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/10/2003

1) Dans le nihil

Tout commença le jour zéro au point zéro quelque part entre le carrefour des éternités et la rue des impossibilités. Là, sur le trottoir intersidéral gisait le plasme divin. Son absence de vie et de mort lui semblait mortelle. Le caractère paradoxal de cette sensation n'entravait nullement son existence. Dieu préférait donc dormir car alors de belles images inondaient son esprit. Certains des rêves n'étant pas liés à son obsession sexuelle lui apportaient des saveurs étranges, inconnues. La joie et la douleur ? L'amour et la frustration ? La Divinité avait du mal à comprendre de telles choses. Il eut envie de les assimiler à des couleurs, mais il du admettre avec peine qu'Il n'avait jamais réellement vu ce qui s'appelle une couleur. Cela n'existe pas... pour l'instant. Emergeant de ces réflexions douloureuses, Il inspecta son environnement. Autours de Lui, le néant à perte de vue. En dessous, le vide infini. Au-dessus, un peu de rien du tout. Dieu eut alors la pensée fatidique : "Je vais créer ! ".

18:32 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (54) |  Facebook |

Présentation

Ce blog me servira à conter la plus affreuse histoire de tous les temps.
 
Vous apprendrez ainsi donc pourquoi la Terre a été créée par le Dieu Aveugle, qui était réellement cet infame Jesus et bien d'autres vérités terrifiantes.
 
De l'an 0 à nos jours, la divine masquarade.

13:08 Écrit par BlaBlasphema | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |